Varou, l'annuaire des entreprises,
commerces et artisans dans
le Var et sa région.

Votre Recherche dans le Var
Communiquez
gratuitement !
Vous n'êtes pas encore sur Varou ?
ACCUEIL S'INSCRIRE MEMBRES
ARTICLES CONTACT PLAN SITE
Pour trouver
une adresse
saisissez
à droite
Profitez en !
l'inscription sur
Varou est gratuite.


par exemple :  Coiffeur à Toulon Hôtels Restaurants à Draguignan Location saisonnière
 
Guide de recherhce par villes et villages du Var
Guide de recherche par villes et villages du Var
Liste complète des villes >>
Guide de recherhce par villes et villages du Var
Guide par activités et établissements sur le Var
Liste complète des activités >>
Guide de recherhce par villes et villages du Var Guide de recherhce par villes et villages du Var
La sélection Varou de la semaine
Dernier inscrit >>
Ça vaut la visite >>
Coup de pouce >>
Comment être visible sur l'annuaire Varois?>>
 

installer des baies vitrées

2008-09-27

Des fenêtres et ouvertures pour mieux isoler la maison.

Les baies vitrées constituent les parois les plus vulnérables aux déperditions thermiques. Le coefficient de transmission thermique U du verre est de 5.70W/m².°C quelle que soit l’épaisseur pratiquement, soit 3 fois moins isolant qu’un mur de qualité moyenne et 20 fois moins qu’un mur en ossature bois de notre conception.

 Double ou triple vitrage ?

Il est fréquent de lire des analyses opposant double et triple vitrage. Pourtant l’un et l’autre possèdent de nombreux avantages. L’important est bien plus de comprendre leurs spécificités et leurs différences pour les utiliser à bon escient et cela en fonction du bâtiment.

Le triple vitrage est plus lourd, plus cher, mais il est thermiquement plus efficace. En revanche le double vitrage est largement plus répandu, facile à monter et a fait beaucoup de progrès. Cela dit, rappelons au passage que l’efficacité d’une fenêtre est beaucoup liée à la qualité de son châssis, ainsi que de la manière dont celui-ci est monté dans le bâti. S’arrêter au seul vitrage c’est passer à côté d’une bonne partie de la problématique.
Si on se place dans le cadre d’un bâtiment qui consomme encore beaucoup d’énergie, on se rend compte assez vite que de passer du double au triple vitrage n’a que peu d’influence sur la consommation globale du bâtiment.
En revanche, si on se place dans le cadre de la très basse consommation, c’est-à-dire avec une enveloppe extrêmement efficace (« maison passive »), l’importance du vitrage prend une part prépondérante dans le bilan thermique.

Le Facteur Solaire et la conductivité thermique

 L’émissivité : le Coefficient 'U' définit la conductivité du vitrage, c’est à dire sa capacité à favoriser les échanges thermiques intérieur/extérieur : il doit être le plus bas possible en hiver.
Afin d’améliorer les performances des vitrages, les fabricants ont mis au point un système à faible émissivité : une couche invisible d’oxyde métallique déposée sur la surface intérieure du verre réfléchit le flux thermique qui tente de sortir. Ce type de vitrage a peu d’incidence sur la pénétration de la lumière ni sur celle des rayons du soleil (facteur solaire), et allié à un double vitrage, il permet d’obtenir des facteurs «U » intéressants approchant les 2W/m².°C.

Le Facteur Solaire : est la proportion d’énergie solaire qui pénètre par la vitre et qui n’est pas renvoyée à l’extérieur. Idéalement, il doit être élevé en hiver pour que le bâtiment puisse bénéficier des apports solaires et bas en été pour éviter les surchauffes.
Un vitrage réfléchissant est souvent utilisé pour éviter ce phénomène, mais il présente l’inconvénient de réduire l’éclairage naturel. Par ailleurs, l’hiver, il restreint le facteur solaire alors même que le besoin d’apport en énergie solaire est au plus haut.

La fenêtre est l’un des plus complexes et coûteux composants du bâtiment ; c’est du au grand nombre de rôles contradictoires qu’elle doit jouer.
Idéalement, il faudrait :
• Un verre faiblement émissif pour réduire les déperditions thermiques en hiver.
• Un verre réfléchissant pour réduire les apports solaires en été.
• Un facteur solaire fort en hiver et faible en été.
• Un verre diffusant pour éliminer l’éblouissement du rayonnement direct.
• Un verre acoustique pour réduire le bruit...
 

Bien gérer les ouvertures
 

On l’aura bien compris, la thermique d’été doit être intégrée dès la conception du projet. Les 2/3 des apports de chaleur proviennent des surfaces vitrées. Incorrectement définies, elles provoqueront surchauffes estivales, déperditions hivernales, ventilation et luminosité naturelle insuffisantes. Il n’y a pas de panacée, juste quelques règles de bon sens à respecter :

Les grandes baies vitrées seront situées au sud, exposition idéale : le soleil est haut, les rayons proches de la verticale, les baies sont faciles à protéger par un simple débord de toit par exemple.

Des ouvertures plus modestes à l’est et au nord, les petites fenêtres ou les dispositifs d’éclairage indirect à l’ouest. Les ouvertures situées à l’ouest par exemple, sont difficiles à protéger : les rayons du soleil se rapprochant de l’horizontal l’après midi. Planter un arbre ou une haie à feuilles caduques pour réaliser par exemple un écran naturel peut s’avérer judicieux.

 

Les fenêtres de toit seront plutôt orientées au nord ou à l’est, pour les mêmes raisons.

Les ouvertures les plus exposées seront protégées par des brise-soleil orientables, des stores extérieurs, des volets isolants.

Un logement ouvrant sur deux façades distinctes sera plus confortable en été.

Une véranda aura une toiture opaque, des occultations efficaces et des ouvertures minimum de 20 à 30% de la surface vitrée, voire escamotables.

Une terrasse renverra de la chaleur: augmenter le débord de toiture peut la protéger.

Les végétaux participent à la fraîcheur des habitations ; les toitures terrasses végétalisées seront très performantes l’été.

Depuis des années, on construit des habitations en faisant la part belle au vitrage, sans prendre en compte les déperditions thermiques ni les problèmes de surchauffe. Au delà de 18% de la surface habitable en vitres, il en coûte de maintenir une température de confort sans compter le gaspillage considérable d’énergie. Du reste, la RT 2005 a plafonné ce ratio à 17%.
Pour respecter l’environnement et contribuer à la lutte contre l’effet de serre, il faudra réviser nos habitudes de vie pour maîtriser notre consommation imposée à 50kWh/m²/an.



 

Bord gauche Boutique varoise en ligne Boutique varoise en ligne
Découvrez des commerces aussi dynamique dans leur ville que sur internet >>
Separation Quel temps fait-il dans le Var ? Quel temps fait-il dans le Var ?
L'indispensable météo Var et région Paca sur Météo Consult >>
Separation Tourisme et découverte dans la région du Var. Tourisme et découverte
dans la région du Var.

Retrouvez les adresses utiles pour composer vos sorties dans le département varois >>
Bord droit
Recherchez un article

N'affichez que les articles en rapport avec :
 
Haut de page Varou.com 2007 - Tous droits réservés Varou.com
Accueil - S'inscrire - Membres - Article - Contact - Plan du site - Mentions Légales